Négocations conventionnelles

Négocations conventionnelles

Au cours des prochains mois les syndicats représentatifs vont devoir négocier avec la Caisse Nationale d'Assurance Maladie

Maisons Sport-Santé

Maisons Sport-Santé

Les Kinésithérapeutes ont un rôle important à jouer

Champs de compétences

Champs de compétences

Les décrets encadrant le sport-santé instauré par la Loi de Santé sont en cours de rédaction, ils devraient paraître dans le courant de l'été.

Transposition directive accès partiel

Transposition directive accès partiel

Les députés ont transposé le texte sans exclure la santé du champs de la directive

Actu'Alizé de Février 2017

 

Mieux vaut le dire en vers

Par Xavier Lainé

 

 « Rangez ces ouvrages compliqués, les livres comptables feront l’affaire. Ne soyez ni fier, ni spirituel, ni même à l’aise, vous risqueriez de paraître arrogant. Atténuez vos passions, elles font peur. Surtout, aucune « bonne idée », la déchiqueteuse en est pleine. Ce regard perçant qui inquiète, dilatez-le, et décontractez vos lèvres - il faut penser mou et le montrer, parler de son moi en le réduisant à peu de chose : on doit pouvoir vous caser. Les temps ont changé. Il n’y a eu aucune prise de la Bastille, rien de comparable à l’incendie du Reichstag, et l’Aurore n’a encore tiré aucun coup de feu. Pourtant, l’assaut a bel et bien été lancé et couronné de succès : les médiocres ont pris le pouvoir. »

Alain Deneault, La médiocratie, éditions Lux, 2016

    Car à vivre à l’envers tu ne piges plus rien
Tu vas d’un pas allègre croyant encore
En la vertu d’exercer un métier d’humain
Te voilà dépité à l’orée de tes remords
 
Ce que tu sais du monde transpire
Au flanc épuisé des êtres qui entrent
Tu vois bien en leur plainte le pire
Qui pointe en un monde qui fait ventre
 
De tout ce qui bouge et gémit 
De tout ce qui vit et frémit
 
Car à vivre hors tu plonges sec
Lorsque viennent un stylo à la main
Compter tes actes les piteux becs
Comptes-petits d’un système sans tain
 
Ils viennent à chaque instant les piteux
Te dire ton métier dont ils ne connaissent 
Rien Ils rodent derrière leurs écrans bleus
Les yeux hagards cherchant ce qui blesse
 
Ignorent ce qui bouge et gémit
Ignorent ce qui vit et frémit
 
Te voilà seul cloué au pilori des chiffres
Sous le joug hargneux d’obscurs plumitifs
Cachés en leurs bureaux comme chiffes
Ils tiennent entre leurs dents ton quotidien craintif
 
Pour un qui tombe il en sera tant d’autres
A arrondir leurs chiffres sans aucun remord
Tandis qu’en ton crépuscule tu rumines tes fautes
Et rejoins en silence la cohorte des « hors »
 
Ils broient tout ce qui bouge et gémit
Ils broient tout ce qui vit et frémit
 
Tu es toujours tout seul lorsque métier s’enfuit
Nul ne vient t’expliquer les rouages de la meule
Prisonnier des ondes qui dénoncent tes fruits
Tu reviens bredouille de ces rencontres veules
 
Arrivé au terme de ton voyage soignant
Tu vas d’un pas lourd régler tes dernières quittances
Plus rien ne saurait te retenir en ces flancs
Couverts de brumes qui marquent ta distance
 
Tu restes seul broyé qui gémit
Tu restes seul qui vit encore et frémit

Et je garderai pour plus tard, ma démonstration de l’inutilité de l’ordre, et, en conséquence, de l’art des caisses d’Assurance Maladie à se faire justice à elles-mêmes en méprisant totalement le droit de se défendre…

Mais comment exiger encore de vivre dans un état de droit, lorsqu’au plus haut de l’Etat, chaque jour, on nous fait la démonstration que nous sommes bel et bien devenus une République bananière ?

Allez, sans rancune aucune, et toujours avec la même hargne…

 

Si vous n'êtes pas adhérents Adhérez !

En Région

Participez au développement de nos antennes régionales :
regionalize@alize-kine.org

Restez en contact

Syndicat Alizé
4 Rue des Messiers 93100 Montreuil
Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Forum d'Alizé

Pour accéder au forum
Cliquez sur le lien

Scroll to top
Le Cron démarre