Négocations conventionnelles

Négocations conventionnelles

Au cours des prochains mois les syndicats représentatifs vont devoir négocier avec la Caisse Nationale d'Assurance Maladie

Décret APA

Décret APA

Le décret concernant la pratique de l'activité physique adaptée est paru le 31/12/2016

Champs de compétences

Champs de compétences

Les décrets encadrant le sport-santé instauré par la Loi de Santé sont en cours de rédaction, ils devraient paraître dans le courant de l'été.

Directive accès partiel

Directive accès partiel

L'état a décidé de transposer la directive Européenne concernant l'accès partiel aux professions de santé

Présidentielles 2017

Monsieur Macron pose la santé comme l’une des cinq priorités.
Trois points principaux sont énoncés.
  • la prévention
  • le décloisonnement entre l’hôpital et les soins de ville
  • le financement des innovations en santé
Dans les mesures générales, monsieur Macron préconise la fin des 35 heures avec une adaptation du temps de travail variable selon l’âge. Le temps de travail pourrait donc descendre jusqu’à 32 heures par semaine pour les plus de 50 ans.
 
De la même façon l’âge de départ à la retraite serait variable de 60 à 67 ans selon les branches professionnelles. il n’y a malheureusement, pour l’instant, pas de précision quant aux catégories concernées, ni les modes d’applications. Travailler moins pour toucher moins, cela existe déjà et cela s’appelle le temps partiel…
Il promet de la même façon un système universel de retraite sans différentiation entre le privé et le publique. Pas de précision par rapport aux libéraux, mais l'ensemble des régimes spéciaux seraient supprimés.
 
Point important pour les libéraux, ils pourraient être bénéficiaires de l’assurance chômage. Les conditions ne sont toutefois pas précisées.
 
Monsieur Macron souhaite réduire voir supprimer les cotisation d’assurance chômage et d’assurance maladie des salariés pour augmenter la CSG de 1.7% sans impacter les chômeurs ni les petites retraites. Pas de précision plus avant concernant les libéraux.
Cependant on peut imaginer que de fait nous serions perdants dans cette manoeuvre, les libéraux conventionnés bénéficiants d’une réduction de cotisation d’assurance maladie, nous perdrions dans cette opération un peu plus d’1% de cotisations. Pas d’information non plus sur les cotisations affectées aux rétrocessions, au actes déconventionnés ou même au RSI. Sur ces trois points, les libéraux pourraient bénéficier d’un gain conséquent.
 
Une mesure phare concernant l’exercice en ville concerne la préconisation de l’exercice en maison de santé. En effet, il souhaite délester les urgences mais aussi les taches administratives des médecins. La pluralisation des acteurs au sein de maison de santé serait un « tampon » entre hôpital et soin de ville. Présence en leur sein de soignants mais aussi d’autres types de personnels.
Ces structures deviendraient des minis « hôpitaux de campagne » et devraient doubler en nombre d'ici à 2022.
Si l’idée est attrayante, tous les professionnels confrontés au sujet le savent, les deux contraintes majeures sont qui s’occupera du financement et de la gestion d’une telle structure ?
N’oublions pas que nos patientèles ne se revendent plus (et l’ensemble des professions de santé sont de plus en plus dans ce cas) et nos retraites n’ont pas été augmentées. Le placement immobilier pour le libéral reste un bon moyen de prépare l’avenir, mais dans de telles structures où l’investissement sera complexe, comment s’en sortir au quotidien et à long terme ?
 
Par ailleurs le paiement à l’acte est totalement remis en cause. Création de « forfaits » pour les plus jeunes, les plus âgés et les publics sensibles. Pas de précisions sur ces points qui pourtant nous touchent au plus près.
 
Concernant l’assurance maladie, Emmanuel Macron souhaite reprendre les rênes de celle-ci. Il souhaite un élargissement des prises en charges (lunettes, prothèses dentaires, prothèses auditives) et une régulation plus souple pour être plus efficace.
Il souhaite veut améliorer la vente de médicaments à l’unité et des génériques et s’oppose au déremboursement.
En contre partie, il souhaite un abaissement de l’Ondam de l’ordre de 15 milliards. Cette économie serait réalisée principalement sur les frais d’hospitalisation de courte durée suite aux urgences et petites prises en charge qui seraient détournées vers les maisons de santé, l’ambulatoire et les HAD.
 
Il annonce aussi la création d'un service sanitaire de 3 mois pour tous les étudiants en santé. À croire que les étudiants dans le dommaine de la santé ne font plus de stages...
 
D’un point de vue nouvelle technologie et innovations, il considère que la télémédecine a une réelle place dans les gains apportés à l’assurance maladie.
 
Enfin sur la prévention, Emmanuel Macron veut une santé qui empêche de tomber malade plutôt qu’une santé qui soigne.
Il présente la prévention comme l’un des trois points phares de son programme santé, sans apporter plus de précisions.
 
 
N’en doutons pas, monsieur Macron a bien profité et tiré les leçons du programme santé de monsieur Fillon qui n’ pas manqué d’être pointé du doigt. Il propose donc là « l’antithèse » et devrait s’attirer la complaisance populaire.
 
 
Vincent Jallu
 

Si vous n'êtes pas adhérents Adhérez !

En Région

Participez au développement de nos antennes régionales :
regionalize@alize-kine.org

Restez en contact

Syndicat Alizé
4 Rue des Messiers 93100 Montreuil
Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Forum d'Alizé

Pour accéder au forum
Cliquez sur le lien

Scroll to top